Interviews de
Slash

Après vingt-cinq ans de carrière, tu es considéré comme une icône du hard rock? Comment perçois-tu ton parcours ?

Slash (guitare) : Je n'ai jamais réellement réfléchi à la question? Mais c'est cool de prendre du recul et de réaliser le chemin parcouru, ce que j'ai pu accomplir dans ma carrière tout en sachant que je ne me suis jamais forcé à faire quoi que ce soir? Je n'ai pas eu à me conformer ni à changer mon style de musique, ni même à m'adapter ç l'industrie du disque. Du coup, j'apprécie ce que je fais, d'autant plus que j'y prends du plaisir. Je fais probablement partie des rares personnes qui sont là depuis un moment et qui ne se plaignent pas. J'adore tourner, enregistrer, j'aime jouer. C'est une bonne chose parce que travaille dur et j'y consacre la majorité de mon temps.

 

Reconnais-tu ton influence dans la musique des autres ?

S. : Je ne connais pas forcément bien la musique des autres, mais j'entends des trucs ça et là. En revanche, j'ai rencontré des gens qui semblent me dire que j'ai eu une grande influence sur eux qu'ils soient guitaristes ou pas. C'est quelque chose qui me touche beaucoup.

 

PLUS UNE ENVIE QU'UN BESOIN

Tu es souvent apparu en tant qu'invité sur des albums, mais jamais tu n'avais publié de disque solo. Pourquoi as-tu franchi ce cap ?

S. : Je pense que cette idée a eu besoin de mûrir en moi avant que cela devienne une évidence. J'ai eu finalement envie de faire un album sur lequel les gens joueraient parce que j'avais toujours fait le contraire. J'étais arrivé à un point où j'avais besoin de faire quelque chose par moi-même. Alors j'ai voulu faire un album solo et, en même temps, aider les gens à jouer dessus. Et puis, c'est arrivé à un moment de ma carrière où j'avais vraiment besoin de faire quelque chose que je n'avais fait auparavant et de n'écouter personne d'autre que moi.

 

 

Avais-tu besoin de te prouver quelque chose ?

S. : Je pense que c'était plus une envie qu'un besoin de se rassurer? Tu sais, pour moi, ce disque a été amusant à concevoir. Tout a été très facile à assembler, donc je ne vois pas ça comme un défi. La chose la plus compliquée a été d'obtenir les accords des différentes maisons de disques.

 

Comment as-tu choisi tes invités ?

S. : J'ai composé les morceaux en premier, puis je me suis demandé à chaque fois quel serait le meilleur interprète pour chacun d'entre eux C'était assez simple mais très intéressant, car je n'avais jamais rien fait de tel auparavant. J'ai conçu les titres les uns après les autres sans réellement prêter attention à l'ensemble. Faire les choses au jour le jour à quelque chose de bien. Tu ne vois pas le travail qu'il reste à accomplir, et tu ne prends pas peur même s'il te reste encore vingt morceaux à mettre en boîte (rires).

 

Il a été dit qu'un des chanteurs que tu as contactés n'a pas pu se joindre à toi car sa maison de disques s'y est opposée. De qui s'agissait-il ?

S. : Je ne veux pas le dire parce qu'à chaque fois que je mentionne le nom d'un artiste pour n'importe quoi, ça ressort quelque part et ça devient un gros bordel.

 

N'as-tu pas été tenté de chanter sur quelques morceaux ?

S.  : Même lorsque je chante seul chez moi, ma voix me casse les pieds (rires). Parfois, je fais quelques choeurs sur scène pour donner de l'énergie, mais rien de plus. Je n'aime pas m'exprimer verbalement car je ne me sens pas à l'aise. Alors chanter n'était pas une bonne option pour moi ! Je ne me sens pas encore d'attaque pour chanter des paroles écrites par mes soins qui parleraient de mes émotions.

 

Penses-tu renouveler l'expérience avec d'autres musiciens ?

S. : Je ne sais pas. Je ne me projette jamais trop car c'est toujours dur pour moi de réfléchir au futur. Je préfère gérer ce que j'ai à faire au moment présent, comme le concert à venir par exemple. Je fonce sans me poser de questions.

 

FAIRE À MA GUISE

Tu n'as pas choisi de faire un disque de musicien, mais tu as composé de vraies chansons. Quels pièges voulais-tu éviter avec cet album ?

S. : Je ne me suis jamais mis en tête que j'allais faire un album avec des soles de guitare car, en règle générale, ce type de disque m'ennuie profondément. Il y'a très peu d’artistes dont je peux écouter un album avec rien d'autre que de la guitare. Un des seuls étant de Jeff Beck. J'ai grandi en écoutant ses albums, mais je n'écouterai pas ça tous les jours. Il y'a beaucoup de guitaristes qui enregistrent des oeuvres solos pour montrer leur capacités. Je pense que « Slash » est plus une représentation de qui je suis. Je ne fais pas de solos hors contexte? Je veux qu'ils collent à la mélodie et j'ai toujours été ce genre de guitariste.

 

Cet album est très varié …

S. : C'est pourquoi il me fallait différents chanteurs.

 

 

C'était l'idée que tu t'en faisais depuis le début ?

S. : Tout à fait. J'avais vraiment besoin de le faire car je suis dans des groupes de l'âge de quinze ans. Il a toujours été question de démocratie car pour que chacun soit content, tu dois travailler ensemble. Tu n'es donc responsable que d'un cinquième des décisions. Je me suis toujours senti plus à l'aise dans un groupe et c'est encore vrai aujourd'hui. Le fait de collaborer avec des gens rend, selon moi, les choses plus intéressantes. Mais suite aux événements avec Scott (chanteur de Velvet Revolver, Ndlr), j'ai ressenti le besoin de ne plus rendre de comptes. On peut vraiment dire qu'il s'agit d'un album sans compromis. J'ai fait tout ce que je souhaitais et comme je le sentais. J'ai choisi le producteur et les chanteurs? C'est un disque fait sans aucune règle.

 

UN DÉFI POUR MOI

Pourquoi avoir choisi Myles pour être sur scène avec toi ?

S. :  Lorsqu'il est venu chanter sur l'album, je ne l'avais jamais rencontré, et je n'avais donc jamais travaillé avec lui. Je connaissais juste le son de sa voix. Je lui ai laissé sa chance sur deux morceaux (« Back From Cali » et « Starlight », Ndlr) car je savais que c'était un bon chanteur. J'avais pu entendre ce qu'il faisait et sa performance vocale m'avait complètement scotché. C'est après avoir enregistré ces deux morceaux là que je lui ai proposé d'être mon chanteur pour la tournée. Il est phénoménal.

 

Pourquoi un tiers de ta setlist de concert est-il composé de morceau de Guns N' Roses ?

S. : Avec Velvet Revolver je ne peux pas me permettre d'incorporer autant de chansons des Guns parce qu'il s'agit d'un groupe avec sa propre discographie. Mais, pour un projet solo, je peux jouer toutes les chansons  que j'ai composées.

 

Après autant d'années, prends-tu toujours autant de plaisir à les interpréter ?

S. : Je n'ai jamais eu de problèmes avec les chansons. . . (rires). À l'heure actuelle, et parce qu'avec mes autres groupes on les a souvent jouées, j'essaie de ne plus faire « It's So Easy » et « Mr. Bronwnstone ». Je pense que c'est difficile d'être vraiment saoulé par un morceau parce que, chaque soir, tu peux le réarranger pour proposer quelque chose de nouveau. Je pense que c'est aussi un défi pour moi de les jouer à chaque fois un peu mieux.

 

Qu'en est-il de Velvet Revoler. Penses-tu que le groupe va continuer ?

S. : À  l'heure actuelle nous sommes à la recherche d'un nouveau chanteur et nous avons quelques pistes? Mais, pour le moment, je suis trop occupé sur mon projet pour me consacrer à autre chose.

 

Est-ce dur de trouver un chanteur sans trop d'égo ?

S. : Trouver un bon chanteur est toujours quelque chose de difficile. . . et sans égo c'est encore plus dur ! Myles Kennedy est formidable, et c'est l'une des personnes les plus faciles avec qui j'ai eu le plaisir de travailler.

 

Il y'a des rumeurs qui disent que Myles sera le prochain chanteur de Velvet Revolver ?

S. : Ce ne sont que des rumeurs.

 

 

En conclusion, pour quoi aimerais-tu qu'on se rappelle de ce disque ?

S. : Tu sais, il s'agit juste de musique pour divertir les gens? Cet album est une facette de ma personnalité dans un contexte différent de Velvet Revolver, Guns N' Roses ou Slash's Snakepit. C'est une sorte de déclaration personnelle pour moi-même (rires) !

 | Les dernières news concernant les interviews de Slash
> Autres interviews de Slash

> Archives News
> Dernières News